Vernissage de l’exposition Hip Hop, you don’t stop ! 18 Mai 2018

Vernissage de l’exposition Hip Hop, you don’t stop ! 18 Mai 2018

Vendredi 18 Mai 2018 à 19H, vernissage de l’exposition « Hip Hop, you don’t stop ! » : avec la présence de DJ DJEL

Live painting Friends: <<<<<KITSA>>>>>
https://www.facebook.com/Kitsa-592535230856078/

FUNK
surprise colorée, pleins les yeux

ZOLA

« Hip Hop, you don’t stop ! »

«Zola» «Zola» «Zola», à l’infini, décliné sur toiles, vidéos, tee-shirts en plexis et autres supports. On pourrait penser à de la mégalomanie, il n’en est rien car Zola de son deuxième prénom, signifie «Aimer» en lingala, sa langue maternelle. Parents originaires de Kinshasa, Zola est née à Villiers-le-Bel, a fait ses premières classes à Paris, dans le monde très masculin du Hip Hop, avant de  s’installer en 2012 à Marseille.

«Hip hop you don’t stop !» du fameux morceau «Rapper’s delight» des Sugarhill Gang pourrait être un de ses hymnes car Zola ne s’arrête jamais.
Elle crée ses propres skates en plexis à l’Atelier Hoche, est adoubée par le Budskateshop de Marseille, ce qui n’est pas une mince affaire lorsqu’ on sait que peu de femmes sont reconnues dans ce milieu. Zola est toujours en mouvement, veut se démarquer des autres. Street artiste, elle va plus loin que cette simple dénomination. Elle ne s’enferme pas dans des codes, une forme ou un langage. Elle est artiste avant tout. On retrouve chez Zola cette énergie du début du «mouvement». Elle perpétue la tradition en se renouvelant, être unique dans son style, son art comme Missy Eliott dont elle admire le parcours.. Ses oeuvres feront escale à Marseille à partir du 18 Mai au 3013 dans le cadre de
l’exposition «Hip hop you don’t stop!»

http://zolabyzola.com/
https://www.instagram.com/zolabyzola/?hl=fr
https://www.facebook.com/Zolabyzola

Dj Djel

Dj Djel aka Diamond Cutter est un dj & beatmaker originaire de Marseille (France). Il est né et a grandi à Belsunce. C’est dans ce quartier populaire du centre ville qu’il va découvrir le HIPHOP dés 1989.

A cette époque, les premiers b.boys (Akhenaton du groupe IAM, Faf La Rage, Boss One du 3eme Oeil…) se regroupent au Vieux-Port. On y croisait aussi les marins américains de passage qui amenaient avec eux cette nouvelle culture à travers de nouveaux styles vestimentaires et des sons. Cest à la sortie du collège qu’un voisin traine Djel vers ce lieu. Pour lui, c’est une claque!

A peine âgé de 15 ans, Dj Djel va s’essayer à toutes les disciplines de la culture HIPHOP qu’il vient de découvrir. Il va d’abord faire un pas vers la danse. Cest de son quartier que viennent les bons danseurs et forcement ça l’influence. Il va collaborer avec plusieurs groupes qui lui permettront de connaitre très tôt la scène. Puis il y a le graffiti (il réalise encore aujourdhui la plupart de ses logos et visuels) et le rap (quil préfèrera rapidement laisser aux MC). Il commence alors à s’intéresser au son et anime ses premiers aprés-midi avec des potes. Il mixe des morceaux rap avec du matériel de récup: une enceinte et une vieille platine de la maison, un ami rapporte son lecteur K7 et un autre mène un ampli.

C’est un peu plus tard, alors qu’il squatte chez un ami pour mater les derniers clips de YO MTV RAP, quil tombe sur un clip d’EPMD («Rampage» feat. L.L COOL J) oû Dj Scratch balance des sonorités transformées et coup..es sur un air musical. C’est le déclic!
Avec un peu d’économie et quelques petits business, il s’achète ses premiers vinyles. Il analyse tous les titres qu’il a sous la main et enquète pour connaître et comprendre les techniques de deejaying.

Avec Dj Garet & Dr No, ils montent rapidement le premier collectif de djs marseillais: le «J.V.C Crew». Ce sera pour lui l’occasion de balancer ces premiers mixes lors de soirées dans des squats et autres lieux désaffectés en bord de mer, sur des skateparks l’été et snowparks l’hiver…

A cette même période, il provoque avec Pone (concepteur musical & graffiti artist) la rencontre des membres de son futur groupe: la Fonky Family. Et en parallèle, il monte un deuxiême collectif «Don’t Sleep Dee Jayz» ou il collabore avec Dj Rebel (ils animeront plusieurs nocturnes & émissions à Radio Grenouille). Cest en lisant «The Source» quil tombe sur cette pub, don’t sleep: ne pas dormir, se bouger, faire avancer…) dans laquelle il se retrouve immédiatement.
Lors d’une soirée à Marseille, il fait la connaissance de Dj Soon qui intègre le collectif et avec qui il sort une des toutes premières mixtape…

Il produit une ligne de vètements en édition limitée nommé “Don’t Sleep Wear” avec son ami marcel, monte son asso et met en place un système de Street Promo avec Soon . Il enchaîne des soirées à Marseille: La Maison Hantée, le Degust’ Café, le Florida Palace, le Métal Café, le Palace, le B.52, la Plage, le Trolleybus, le Flow, le Bachi Boozook, le Luron, le Monkey Bar, le Maxi club, le 116, l’Antidote, l’Affranchi, le Zodiaque, le Bazar, le Millenium, le Perroquet Bleu, le Club 88, le Mistral, le Poulpason, la Machine à Coudre, le Warm Up, la Friche Belle de Mai, le Bangala, le Yellow Cab Café, le Balthazar, le Montréal, le Pharaon, le Big Ben, le M.A.C Café, l’A Coté, l’Escale St Charles, le Daytona Café, le Velvet, le Poste à Galène, Le Gardenia, les Docks des Suds, le Paradisio, le Dôme, l’Espace & le Cafe Julien, le Moulin, le Stade Vélodrome…

Avec son groupe Fonky Family (qu’on ne présente plus: «Si Dieu Veut» 250 000 ex, «Art De Rue» 500 000 ex, «Marginale Musique» sorti janvier 2006) et son crew «Don’t Sleep Dee Jayz» (qui a stoppé ses activités, il y a quelques mois: et oui 10 ans déjà..!), Dj Djel a participé à plusieurs projets avec divers artistes comme Berreta, Kalash L’Afro, Les X, O.M AllStars, Kertra (Express Di), Mojo, ,3eme Oeil, carr.. Rouge, Chroniques De Mars, 100% Casa (qu’il a produit), la B.O de Taxi (film produit par Luc Besson), Crapstape, Rimes 2 Zone, Best Of Soprano & Luciano avec Dj Mej, Sale Sud et bien d’autres…

Discographie:
– Fonky Family’s records:
– Si Dieu Veut (250 000 copies).
– Hors Serie Vol.1 (150 000.copies).
– Mode de Vie …Béton Style (90 000 copies).
– Dans Mon Monde (70 000 copies).
– Art De Rue (500 000 copies).
– Hors Serie Vol.2 (120 000 copies).
– Vapeurs Toxiques (120 000 copies).
– Live au Dôme de Marseille (80 000 copies).
– Marginale Musique (200 000 copies).
– O.M AllStars, Berreta, Kalash L’Afro, Les X , Kertra (Express Di), Mojo, Chroniques De Mars, Kertra (Express D.), Mojo, 3eme Oeil,Carré Rouge, Stoneblack,) 100% Casa (qu’il a produit), B.O de Taxi (Luc Besson), Crapstape, S.N.T, Rimes 2 Zone, Best Of Soprano & Luciano» avec Dj Mej

http://www.djdjel.com/
https://twitter.com/djdjel
https://www.facebook.com/DJDJEL.DONTSLEEP/

Exposition du Vendredi 18 Mai au Lundi 28 Mai 2018
Entrée Gratuite

Galerie 3013
58 Rue de la République
13002 Marseille