Le percement dans le bâti ancien a nécessité la destruction d’un millier de maisons, d’un soixantaine de rues et le déplacement de plus de 16 000 marseillais. Trois collines ont été arasées dont la plus connue est celle des Carmes et 1 200 000 m3 de déblais sont déversés dans la mer…

Photos en provenance du fond Adolphe Théris, photographe du XIXème siècle